Union Nationale des Syndicats de Salariés des Foyers et Services pour les Jeunes Travailleurs
  • UNS CGT FJT
  • UNS CGT FJT
  • UNS CGT FJT
  • UNS CGT FJT
  • UNS CGT FJT
Accueil > La CGT des FJT > Valeurs associatives > FJT entre Education populaire et instrumentalisation

FJT ENTRE  EDUCATION POPULAIRE
ET INSTRUMENTALISATION


Les FJT et  le logement social.

La France est confrontée depuis des années à un déficit de logements sociaux. Les lois et les ministres se succèdent, les grandes déclarations s'accumulent alors que le droit au logement reste hypothéqué, virtuel.

Comme dans beaucoup d'autres régions, cette question du logement est devenue un des principaux sujets de préocupation des salariés du Languedoc Roussillon. Cette région connait un afflux continu de population et comme seules les règles de l'offre et la demande régulent le marché, les salariés, les étudiants, les familles modestes sont confrontés à de graves difficultés. Vivre au camping, dormir dans sa voiture ou payer très cher des logements indécents, devient souvent le seul reccours.

Un logement un peu particulier: Les Foyers de Jeunes Travailleurs.

Les FJT ont pour mission d'accueillir des jeunes qui ont entre 16 et 25 ans. Le contrat d'accueil s'établit sur la base du contrat de travail, de la convention de formation, du projet d'études. Nous offrons un logement temporaire et les acompagnons dans les démarches administratives et professionnelles.

Associations d'Education Populaire, nous mettons en place des actions et des projets visant à favoriser leur autonomie et leur droit de cité. Nous travaillons avec eux pour qu'ils soient les acteurs de leur propre devenir, pour qu'ils soient des citoyens en capacité d'intervenir sur leur environnement. Rejet du racisme, respect d'autrui, prise en compte de sa santé, apprentissage de règles collectives, mixité sociale, voici sommairement présentés des items de travail.

Nos associations sont financées par des subventions muliples provenant des Caisses d'Allocation Familiales, Conseils Généraux, FONJEP, Communes, Etat.... La diminution des aides publiques qui touche toutes les associations de l'Education Populaire a eu des répercussions directes sur les salariés (supressions de postes, blocage des salaires, fermeture de structures...) et par voix de conséquence sur le service rendu aux résidents. Combien d'associations FJT se réfèrent vraiment à l'Education Populaire et portent les valeurs inscrites dans les orientations de l'Union Nationale des Foyers et Services pour Jeunes Travailleurs? Comment se référer à ces valeurs et permettre la précarisation de nos métiers, la répression syndicale, le harcèlement ?

Peu à peu, faute de financement, on va chercher ailleurs que dans le giron Educ Pop les moyens de survivre. Les gestionnaires emploient des méthodes de plus en plus dures vis à vis de leur personnel, et le glissement vers le médico social s'opère sans que les questions du projet associatif ne soient débattues. Plus grave, on ne s'interdit pas de mordre sur le terrain d'autres structures du secteur, à rentrer en concurrence en proposant un service à moindre coût.

Sans faire une étude exhaustive des mutations à l'oeuvre dans notre secteur, on peut relever un certain nombre de faits marquant qui conditionnent la vie des salariés et donc l'activité syndicale.

Béziers, un exemple parmi tant d'autres

L'association a été crée à Béziers il y a 40 ans. Volonté du Maire de l'époque notre Conseil d’Administration reste encore à ce jour composé majoritairement des élus de la ville. Dans les années 80, la vague de chômage touche Béziers, les entreprises ferment, licencient, choisissent un autre territoire. L'emploi reste encore sinistré de nos jours, peu de projets industriels, fermeture de service publics, menaces sur les entreprises existentes.

Les jeunes travailleurs devenus de jeunes chômeurs, se muent en jeunes précaires avec toutes les difficultés liées à l'obtention d'un vrai Contrat à durée indéterminée temps plein. Comment vivre, se loger ? Comment échapper à la spirale des petits contrats faiblement rémunérés ?

Faute de pouvoir offrir du travail, l'Etat a mis en place une politique de formation qui a eu plus d'effet sur l'occupation des gens que sur une amélioration significative de leurs connaissances et compétences. Pour répondre à la commande publique, l'association comme beaucoup de FJT développent les services formation, suivi RMI etc...  Cette voie montrant son inefficacité, l'Etat modifie sa politique sans parler du transfert de compétence aux régions. Dans un marché fortement concurentiel où travaillent MLI, entreprises privées à but lucratif, associations spécialistes de la  formation. Les services de formartion FJT, non préparés à la concurrence acharnée, ferment. Les activités cafétéria aussi. L'activité se confine peu à peu au seul secteur hébergement.

Les conventions passées  avec la CAF ne  permettent pas d'accueillir plus de 25% d'étudiants alors que l'entrée dans la vie professionnelle se fait de plus en plus tardivement. De plus,  le manque de logements pour les étudiants nous amène beaucoup de demandes que l'association ne peut pas satisfaire même lorsqu'il reste des chambres.

L' association s'est transformée en association de gestion qui gère un FJT, un  Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile, une résidence étudiante pour les étudiants chinois accueillis dans l'université de la ville. A ce jour,  Il est question de réaliser une extension des bâtiments du FJT pour créer une résidence étudiante. Lorsque ce projet sera achevé, l'activité FJT sera minoritaire en nombre de lits.

Qui garantit demain que l'on n'imposera pas aux salariés une  Convention Collective Nationale de Travail encore moins bonne que celle existante ? Quid du projet associatif ? Quid de l'Education Populaire ? Si dans cette ville où il n'y pas de  Centre Régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires, on répond à la demande de logement étudiant, les poltiques risquent de ne pas se presser pour trouver des terrains qui permettraient à des logements étudiants d'être construits.

Voilà en quelques mots, en quelques phrases, les problématiques syndicales qui se posent à l'ensemble des camarades qui interviennent sur le secteur du logement. Notre mise en concurrence, des orientations qui ne tiennent compte que de la gestion étriquée des budgets appellent à une réflexion de tous et à une action d'ensemble.

Union Nationale des Syndicats CGT des Foyers de Jeunes Travailleurs